Visiteur anonyme [Administration]
Groupe Ornithologique du Bassin Genevois
Accueil
L'association
 - 
Présentation
 - 
GOBG-Informations Newsletters
 - 
Le comité
 - 
Les statuts
 - 
Les partenaires
 - 
Adhésion
 - 
Contact
Les sorties
 - 
Inscription aux sorties
 - 
L'agenda du GOBG
 - 
Les comptes-rendus
 - 
Géolocalisation des comptes-rendus
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Toutes les photos
 - 
Code de conduite
  Aide
    - 
les FAQs
Les bons coins
 - 
Champagne
 - 
Les Teppes de Verbois
 - 
Marais de Sionnet
 - 
Mategnin
 - 
Moulin-de-Vert
 - 
Pointe-à-la-Bise
 - 
Rade de Genève et Petit Lac
 - 
Le Rhône genevois
 - 
Rouelbeau
 - 
Vallon de la Laire
 - 
Baie d’Excenevex
 - 
Bas-Monts de Vesancy
 - 
Crozet
 - 
Fort l’Ecluse
 - 
Haut-Jura gessien
 - 
L’Etournel
 - 
Lac de Divonne
 - 
Marais de la Versoix
 - 
Mont Mourex
 - 
Mies et Versoix
 - 
Prangins
Info GOBG
  Archives
  Numéro actuel
    - 
Son et photo mystères n°17
Les projets
 - 
Tous les rapports annuels de suivi d'espèces
 - 
Chevêche d'Athéna
 - 
Choucas des tours
 - 
Corbeau freux
 - 
Effraie des clochers
 - 
Faucon crécerelle
 - 
Huppe fasciée
  Rougequeue à front blanc
    - 
Présentation de l'espèce
    - 
Statut (Europe, Suisse, Genève)
    - 
Rapports annuels
     Etude bioacoustique du chant
        Particularités régionales
          - 
Numéro 17
 - 
Hirondelle de rivage
 - 
Perdrix grise
 - 
Pic mar
 - 
Torcol fourmilier
Les ressources
 - 
Liste des oiseaux du bassin genevois
Perdrix grise

Perdrix grise

Projet réalisé par la Station ornithologique suisse de Sempach :

Logo Station ornithologique suisse

En partenariat avec la DGNP de l’Etat de Genève et l’OFEV

 

Mâle de perdrix grise
Un mâle de Perdrix grise aux aguets (© Jérôme Duplain)

 

Une espèce menacée d’extinction en Suisse

La Perdrix grise habite les zones agricoles ouvertes de plaine. L’intensification de l’agriculture, notamment au niveau de l’utilisation du sol et des intrants, lui a été fatale dans de nombreuses régions. La chute des effectifs de la Perdrix grise est drastique à l’Europe occidentale. En Suisse, on estimait sa population à une dizaine de milliers d’individus vers le milieu du siècle passé. Aujourd’hui, seules deux petites populations de quelques couples subsistent, en Champagne genevoise et au Klettgau SH.

Groupe familiale de perdrix grises
Les perdrix grises sont sédentaires. Les groupes familiaux (appelés compagnies) restent soudés jusqu’à la fin de l’hiver
(© Jérôme Duplain).

 

Le projet en Champagne genevoise

Dans ces deux régions, des projets aussi ambitieux que pionniers ont été lancés en 1991, dans le but de sauver l’espèce de l’extinction en revalorisant les habitats agricoles. En Champagne genevoise, plus de 80 jachères (appelées bandes refuge) ont été créées, en collaboration avec des exploitants agricoles. Au total, ces surfaces couvrent environ 20 ha.

Bande refuge
Une bande refuge en été en Champagne GE (© Jérôme Duplain).

 

Les bandes refuge sont gérées au mieux afin de favoriser la faune et la flore. Et les résultats sont impressionnants. Depuis 1991, Tarier pâtre, Hypolaïs polyglotte et Fauvette grisette ont vu leurs effectifs exploser. Actuellement, les bandes refuges de la Champagne genevoise abritent les plus fortes densités de ces espèces en Suisse. De nombreux autres oiseaux, insectes, plantes adventices, ainsi que le lièvre brun, sont aussi nettement plus abondants à présent

Les rectangles ci-dessous symbolisent le secteur de 614 ha autour de Laconnex dans lequel les passereaux nicheurs (espèces-cibles) ont été recensés entre 1991 et 2011 (la surface des images est proportionnelle au nombre de couples nicheurs). L’échelle est bien la même entre 1991 et 2011 !

Passereaux à Laconnex en 1991
© Jérôme Duplain

 

Passereaux Laconnex en 2011
© Jérôme Duplain

Malheureusement, les bandes refuge sont arrivées trop tard pour la Perdrix grise, dont on ne recensait plus que 13 couples en 1991. Trop peu pour assurer un développement favorable. Après un minimum de 1-2 couples atteint au début des années 2000, des lâchers de repeuplement ont été effectués entre 2004 et 2012. Le but est d’obtenir une population suffisamment grande pour surmonter des pertes importantes dues, par exemple, aux hivers rigoureux ou aux prédateurs. Les résultats de ces lâchers sont mitigés. D’un côté, la survie et la reproduction des oiseaux lâchés sont insuffisantes. Mais de l’autre, la population a pu se développer et, surtout, les poussins nés chaque année en Champagne semblent bien tenir le coup.

 

Aides pour les recensements bienvenues

Actuellement, les Perdrix grises sont recensées deux fois par année, en décembre-février et en avril. Les recensements sont effectués avec des bénévoles, en particulier du GOBG. Pour y participer, contactez Jérôme Duplain, le responsable du projet à la Station ornithologique suisse. Bienvenue !

 

Ressources


-
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017