Visiteur anonyme [Administration]
Groupe Ornithologique du Bassin Genevois
Accueil
L'association
 - 
Présentation
 - 
GOBG-Informations Newsletters
 - 
Le comité
 - 
Les statuts
 - 
Les partenaires
 - 
Adhésion
 - 
Contact
Les sorties
 - 
Inscription aux sorties
 - 
L'agenda du GOBG
 - 
Les comptes-rendus
 - 
Géolocalisation des comptes-rendus
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Toutes les photos
 - 
Code de conduite
  Aide
    - 
les FAQs
Les bons coins
 - 
Champagne
 - 
Les Teppes de Verbois
 - 
Marais de Sionnet
 - 
Mategnin
 - 
Moulin-de-Vert
 - 
Pointe-à-la-Bise
 - 
Rade de Genève et Petit Lac
 - 
Le Rhône genevois
 - 
Rouelbeau
 - 
Vallon de la Laire
 - 
Baie d’Excenevex
 - 
Bas-Monts de Vesancy
 - 
Crozet
 - 
Fort l’Ecluse
 - 
Haut-Jura gessien
 - 
L’Etournel
 - 
Lac de Divonne
 - 
Marais de la Versoix
 - 
Mont Mourex
 - 
Mies et Versoix
 - 
Prangins
Info GOBG
  Archives
  Numéro actuel
    - 
Son et photo mystères n°17
Les projets
 - 
Tous les rapports annuels de suivi d'espèces
 - 
Chevêche d'Athéna
 - 
Choucas des tours
 - 
Corbeau freux
 - 
Effraie des clochers
 - 
Faucon crécerelle
 - 
Huppe fasciée
  Rougequeue à front blanc
    - 
Présentation de l'espèce
    - 
Statut (Europe, Suisse, Genève)
    - 
Rapports annuels
     Etude bioacoustique du chant
        Particularités régionales
          - 
Numéro 17
 - 
Hirondelle de rivage
 - 
Perdrix grise
 - 
Pic mar
 - 
Torcol fourmilier
Les ressources
 - 
Liste des oiseaux du bassin genevois
Torcol fourmilier

Ce projet est soutenu en partie par la Fondation Nature et Découvertes (Suisse) http://files.biolovision.net/www.gobg.ch/userfiles/Torcol/logo-NetD-2013-H-quadri.jpg

 

Torcol fourmilier

Avec son plumage gris-brun finement moucheté de roux et de blanc, cet oiseau est le roi du camouflage… Et se métamorphose volontiers en reptile lorsqu’il se sent en danger! C’est à ses étonnantes facultés de contorsionniste qu’il doit son nom de «torcol».

Torcol fourmilier
© Christian Fosserat

 

Caractéristiques

Ce picidé se distingue de ses cousins pics presque en tous points: il a un bec faible, est incapable de creuser la moindre cavité, il ne tambourine que très occasionnellement et discrètement, se nourrit au sol, et est migrateur!

Il mesure environ 17 cm de long, pour une envergure de 27-28 cm, et pèse en moyenne 35 g. Il est tellement discret que s’il ne chantait pas au printemps, il pourrait passer totalement inaperçu. Son chant nasillard est caractéristique de l’espèce: «kin-kin-kin…», ou «tien-tien-tien…», répété de 8 à 16 fois.

 

© Guide des chants d’oiseaux d’Europe Occidentale. André Bossus, François Charron

Son régime alimentaire est essentiellement composé de larves, nymphes et adultes de fourmis. Il chasse principalement à terre, en sautillant, le cou tendu obliquement, et se déplace de la même manière sur les branches.
Sa caractéristique la plus frappante est sans aucun doute sa capacité à se donner l’apparence d’un serpent lorsqu’il se sent en danger! Paul Géroudet décrit parfaitement cette attitude:
«Son cou s’allonge et se tord lentement avec un mouvement reptilien, les plumes de sa tête se dressent, ses yeux se ferment à demi, il s’élève peu à peu… Soudain, il s’affaisse en soufflant brusquement comme un chat effrayé, puis il se gonfle et se soulève de nouveau, ailes et queue plus ou moins étalées, en tendant le cou… Il n’en faut pas davantage pour effrayer un prédateur.»

Torcol fourmilier
© Marie & Philippe Haake

Habitat

La préférence du torcol fourmilier va aux vergers à haute tige , aux haies ou bosquets, exposés au soleil. La disponibilité en fourmilières est indispensable. Pour faire son nid, généralement entre 1-5 m de hauteur, il choisit une cavité déjà existante, qu’elle soit naturelle, creusée par un pic ou qu’il s’agisse d’un nichoir artificiel. Pratiquement toute la population de torcols se reproduit en nichoirs dans la plaine du Rhône, en Valais. La population suisse se concentre essentiellement en Valais, au Tessin et au pied du Jura vaudois.

Répartition et effectifs

Migrateur, le torcol fourmilier niche du Sud de l’Espagne au Nord de la Scandinavie et passe l’hiver en Afrique. Mais en Suisse, comme dans la plupart des autres pays européens, sa situation est devenue précaire.
La disparition des prairies maigres, l’abattage des vieux arbres avec des cavités, la raréfaction des fourmilières, à cause des épandages de produits chimiques et des fauches trop fréquentes et trop rases, sont autant de facteurs qui ont conduit à une très forte régression de l’espèce, depuis les années 50. Les comptages effectués pour l’Atlas des oiseaux nicheurs du Canton de Genève, publié en 2003, font état de 23 territoires.

Conservation

Le GOBG démarre, en 2013, une étude et un suivi de la population de torcols sur le Canton de Genève.
Dans un premier temps, une soixantaine de nichoirs a été installée sur des zones sélectionnées sur la base des prospections faites en 2012 par des membres du GOBG, et aussi grâce aux données collectées sur http://www.ornitho.ch.
Les nichoirs seront contrôlés pendant la période de nidification et seront nettoyés durant l’hiver. Une prospection, basée sur l’écoute du chant du torcol à son retour au mois d’avril, sera effectuée par les participants au projet «torcol», dans les régions du Canton comprenant des biotopes a priori favorables à l’espèce.

Contact

torcol@gobg.ch

Bibliographie

Les oiseaux de Suisse (L. Maumary, L. Vallotton et P. Knaus), ed. Vogelwarte Nos Oiseaux (2007)
Atlas des oiseaux nicheurs du Canton de Genève (B. Lugrin, A. Barbalat, P. Albrecht), ed. Junod (2003)
Les oiseaux nicheurs du Canton de Genève (P. Géroudet, C. Guex, M. Maire), 1983
Les passereaux d’Europe Tome 1 (P. Géroudet), ed. Delachaux & Niestlé (1998)
Guide des chants d’oiseaux d’Europe occidentale (A. Bossus et F. Charron), ed Delachaux & Niestlé (2006)

Ressources

Torcol fourmilier Genève rapport 2013
Torcol fourmilier Genève rapport 2014
Torcol froumilier Genève rapport 2015

Torcol fourmilier Genève rapport 2016

Projet « Conservation du Torcol à La Côte ». Rapport 2012 du bagueur B. Genton
Publications de l’université de Berne


-
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017