Visiteur anonyme [Administration]
Groupe Ornithologique du Bassin Genevois
Accueil
L'association
 - 
Présentation
 - 
GOBG-Informations Newsletters
 - 
Le comité
 - 
Les statuts
 - 
Les partenaires
 - 
Adhésion
 - 
Contact
Les sorties
 - 
Inscription aux sorties
 - 
L'agenda du GOBG
 - 
Les comptes-rendus
 - 
Géolocalisation des comptes-rendus
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Toutes les photos
 - 
Code de conduite
  Aide
    - 
les FAQs
Les bons coins
 - 
Champagne
 - 
Les Teppes de Verbois
 - 
Marais de Sionnet
 - 
Mategnin
 - 
Moulin-de-Vert
 - 
Pointe-à-la-Bise
 - 
Rade de Genève et Petit Lac
 - 
Le Rhône genevois
 - 
Rouelbeau
 - 
Vallon de la Laire
 - 
Baie d’Excenevex
 - 
Bas-Monts de Vesancy
 - 
Crozet
 - 
Fort l’Ecluse
 - 
Haut-Jura gessien
 - 
L’Etournel
 - 
Lac de Divonne
 - 
Marais de la Versoix
 - 
Mont Mourex
 - 
Mies et Versoix
 - 
Prangins
Info GOBG
  Archives
  Numéro actuel
    - 
Son et photo mystères n°17
Les projets
 - 
Tous les rapports annuels de suivi d'espèces
 - 
Chevêche d'Athéna
 - 
Choucas des tours
 - 
Corbeau freux
 - 
Effraie des clochers
 - 
Faucon crécerelle
 - 
Huppe fasciée
  Rougequeue à front blanc
    - 
Présentation de l'espèce
    - 
Statut (Europe, Suisse, Genève)
    - 
Rapports annuels
     Etude bioacoustique du chant
        Particularités régionales
          - 
Numéro 17
 - 
Hirondelle de rivage
 - 
Perdrix grise
 - 
Pic mar
 - 
Torcol fourmilier
Les ressources
 - 
Liste des oiseaux du bassin genevois
Son et photo mystères n°17

Réponse à notre son et à notre photo mystère n°17

Le son à identifier 

 

Il s’agit du chant du Gobemouche noir. Il produit des strophes courtes et mélodieuses, formées de notes bien détachées, ascendantes et descendantes. Il rappelle un peu le chant du Rougequeue à front blanc, en plus pressé et sans la prélude caractéristique de ce dernier.

Fréquent jusqu’à la construction du nid, son chant devient ensuite sporadique.

Son cri perçant de contact, un pit … pit… pit …, bref et caractéristique s’entend un peu partout lors de la migration automnale (de fin août à fin septembre surtout).

 

                                  sonogramme (= empreinte du son) de l’enregistrement

Voici les 5 premières strophes de la séquence présentée. Nous voyons qu’elles sont toutes différentes, bien que cette variation soit difficile à percevoir par l’oreille humaine.                                                                                                                 

                                            Strophes du chants                                                             cris de contact 

 

http://files.biolovision.net/www.gobg.ch/userfiles/Sonogramme.png

 

 

 L’image à identifier 

 

                                       http://files.biolovision.net/www.gobg.ch/userfiles/Gobe-mouchegris.jpg

                                                                                                                                                 André Bossus

 

Il s’agit du Gobemouche gris, oiseau au plumage terne, reconnaissable à sa poitrine claire finement striée de gris foncé. Son manteau est uni et sa calotte possède des stries foncées.

Il passerait pratiquement inaperçu, s'il ne se mettait en évidence par son curieux comportement de capture d’insectes: dressé sur une branche, il s’envole brusquement pour attraper une proie avant de revenir se percher au même endroit. Son bec est muni de fins cils (vibrisses bien visibles) qui lui permettent d’attraper avec précision les insectes volants.

Le Gobemouche gris hiverne en Afrique, au sud des régions sahéliennes.  

                                                                                                                                                             André Bossus

 

 
 
 
 
 

Réponse à notre son et à notre photo mystère n°16

Le son à identifier 

 

Il s’agit du chant du tarier pâtre. C’est une petite rengaine répétée à intervalles réguliers. Chant bref, un peu grésillant et peu audible à distance.

Durant la période nuptiale, le mâle peut l’entonner en vol et il est alors plus soutenu, avec des motifs plus clairs et plus inventifs.

On peut le confondre avec le chant du tarier des prés. Mais ce dernier est moins monotone et contient davantage d’imitations.  

Le tarier pâtre est encore bien présent dans nos campagnes, où il affectionne particulièrement les milieux ouverts des friches, prairies ou bocages.

 

                                  sonogramme (= empreinte du son) de l’enregistrement 

  

Voici les 5 premières strophes de la séquence présentée. Nous voyons qu’elles sont toutes différentes, bien que cette variation soit difficile à percevoir par l’oreille humaine                      

          

 

 

http://files.biolovision.net/www.gobg.ch/userfiles/Sonagramme_1.png

   

L’image à identifier 

 

 

Il s’agit du rossignol philomèle, que l’on reconnaît habituellement par son chant, lequel ne laisse jamais indifférent. Souvent caché dans l’épais feuillage, presqu’immobile, il n’est pas facile à repérer. Cependant, malgré l’absence de marques distinctives, on l’identifie facilement : son plumage uniforme brun-gris devient franchement roux sur la queue. De près on peut voir son œil sombre cerclé de blanc et ses pattes rosées.   

    

   

         

http://files.biolovision.net/www.gobg.ch/userfiles/379-5258832-19242.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                              Photo :  Christian Huber

 

 

 

 

 

Réponse à notre son et à notre photo mystère n°15°16

 

  Le son à identifier

 

 

Il s’agit des cris de contact en vol d’une petite troupe de becs-croisés et du chant d’un mâle. La période de reproduction de cet oiseau a déjà commencé depuis plusieurs semaines. On peut effectivement entendre son chant en plein hiver. Il est composé de trilles pressés, de gazouillis et de cris. C’est un oiseau qui se déplace beaucoup et qui se met à nicher dès le début de la fructification des épicéas dont il nourrit abondamment ses jeunes. 

 

http://files.biolovision.net/www.gobg.ch/userfiles/sonagramme.png

 

L’image à identifier 

     

Il s’agit d’un pinson du nord mâle en visite hivernale dans nos contrées. Sur cette photo, il commence à se parer de sa livrée nuptiale, mais celle-ci ne sera complète qu’en fin d’hiver. Cette espèce niche principalement en Scandinavie et migre vers l’Europe centrale lors de certains hivers. 

Tout le monde a déjà entendu parler des invasions du pinson du nord lors de certaines périodes hivernales. Ces impressionnants rassemblements,  pouvant atteindre plusieurs millions d’individus ne se produisent cependant pas chaque année. Cet hiver les plus  grands rassemblements signalés ont à peine dépassé un millier  d’individus. 

   

http://files.biolovision.net/www.gobg.ch/userfiles/GOBGinformation/rponse_1.jpg

                                                            photo : André Bossus 


-
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017