Visiteur anonyme [Administration]
Groupe Ornithologique du Bassin Genevois
Accueil
L'association
 - 
Présentation
 - 
GOBG-Informations Newsletters
 - 
Le comité
 - 
Les statuts
 - 
Les partenaires
 - 
Adhésion
 - 
Contact
Les sorties
 - 
Inscription aux sorties
 - 
L'agenda du GOBG
 - 
Les comptes-rendus
 - 
Géolocalisation des comptes-rendus
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Toutes les photos
 - 
Code de conduite
  Aide
    - 
les FAQs
Les bons coins
 - 
Champagne
 - 
Les Teppes de Verbois
 - 
Marais de Sionnet
 - 
Mategnin
 - 
Moulin-de-Vert
 - 
Pointe-à-la-Bise
 - 
Rade de Genève et Petit Lac
 - 
Le Rhône genevois
 - 
Rouelbeau
 - 
Vallon de la Laire
 - 
Baie d’Excenevex
 - 
Bas-Monts de Vesancy
 - 
Crozet
 - 
Fort l’Ecluse
 - 
Haut-Jura gessien
 - 
L’Etournel
 - 
Lac de Divonne
 - 
Marais de la Versoix
 - 
Mont Mourex
 - 
Mies et Versoix
 - 
Prangins
Info GOBG
  Archives
    - 
Numéros 1 à 21 en pdf
  Numéro actuel
    - 
Son et photo mystères n°21
Les projets
 - 
Tous les rapports annuels de suivi d'espèces
 - 
Hirondelle rustique
 - 
Hirondelle de fenêtre
 - 
Hirondelle de rivage
 - 
Alouette lulu
 - 
Chevêche d'Athéna
 - 
Choucas des tours
 - 
Corbeau freux
 - 
Effraie des clochers
 - 
Faucon crécerelle
 - 
Huppe fasciée
  Rougequeue à front blanc
    - 
Présentation de l'espèce
    - 
Statut (Europe, Suisse, Genève)
    - 
Rapports annuels
     Etude bioacoustique du chant
       - 
Présentation du chant
        Particularités régionales
          - 
Numéro 21
    - 
Imitations du RQ à front blanc
 - 
Perdrix grise
 - 
Pic mar
 - 
Torcol fourmilier
Les ressources
 - 
Liste des oiseaux du bassin genevois
Hirondelle de fenêtre

Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum)

 

Résultat de recherche d'images pour "delichon urbicum-Iceland flying 8.jpg"

Figure 1: En vol, on distingue bien le ventre blanc pur de l'hirondelle de fenêtre.

 

Caractéristiques

D’une taille variant entre 13.5 et 15 cm, l’hirondelle de fenêtre est facilement reconnaissable à son croupion blanc qui tranche avec le reste du dessus noir. Sa calotte et ses épaules sont bleu luisant et le dessous du corps est blanc pur. Dans le ciel, on la distingue aisément de sa cousine l’hirondelle rustique par sa queue courte dépourvue de filets et son vol plus lent, avec parfois de longs planés.

 

Cette visiteuse d’été (avril-octobre) niche généralement en colonies, surtout dans les agglomérations, mais aussi sur les parois rocheuses des régions inhabitées. Elle construit son nid clos en argile sous les avancées de toit, contre les murs de maisons, sous les arches de pont… tout près de l’homme qu’elle ne craint pas. Elle se nourrit essentiellement d’insectes capturés en vol, tels que mouches, moustiques et pucerons.

Résultat de recherche d'images pour "photo du mois aout 2012 charente nature"

Figure 2 : Son nid compte entre 700 et 1'500 boulettes de terre humide mélangée à de la salive                

 

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.gobg.ch/userfiles/Capture.PNG

Figure 3 : Des zones de boues, indispensables à la fabrication du nid

 

Répartition et effectifs

L’hirondelle de fenêtre est largement répandue à travers l’Eurasie et au Maghreb. En Europe, elle ne manque qu’en Islande, où elle peut nicher occasionnellement, et dans l’extrême nord de la Russie. L’Espagne abrite la plus grande population européenne, forte de 2'150'000 couples !

En Suisse, c’est l’hirondelle la plus répandue, principalement en dessous de 1'000 m d’altitude, montant localement à plus de 2'000 m dans les Grisons et en Valais.

 

Programme de conservation en cours

Dans nos paysages suisses exploités intensivement, l’hirondelle de fenêtre souffre du manque de sites de nidification et du manque de nourriture. D’autre part, les matériaux boueux nécessaires à maçonner son nid deviennent difficiles à trouver suite au goudronnage des routes et des chemins agricoles et au bétonnage des dernières surfaces non utilisées dans les zones urbaines.

On estimait encore la population d’hirondelles de fenêtre de notre pays à un effectif compris entre 100'000 et 200'000 couples dans les années 1990. Depuis lors, ce nombre s’est réduit d’au moins un tiers.

L'espèce figure sur la liste des espèces prioritaires du programme de conservation des oiseaux de BirdLife Suisse et de la Station ornithologique suisse, soutenu par l’Office fédéral de l’environnement.

Renoncer aux insecticides, maintenir des zones de boues, sensibiliser la population et les écoles et poser des nids artificiels, souvent rapidement adoptés, sont des actions indispensables à la sauvegarde de l’espèce.

Ainsi, depuis 2014, le GOBG a installé 177 nids artificiels dans des lieux adaptés ou pour consolider des effectifs existants, et en assure le suivi chaque année dans le Canton de Genève. La prospection de nouveaux sites et la pose de nids artificiels fait partie des objectifs à long terme du GOBG.

 

Rapport annuel 2017

 

 

Références bibliographiques :

  • MAUMARY L., VALLOTTON L. & KNAUS P. (2007) Les oiseaux de Suisse. Station ornithologique suisse, Nos oiseaux
  • MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTRÖM D. & GRANT P.J. (2000) Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé
  • www.birdlife.ch, fiches pratiques sur la Conservation de l’hirondelle de fenêtre

-
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018