Visiteur anonyme [Administration]
Groupe Ornithologique du Bassin Genevois
Accueil
L'association
 - 
Présentation
 - 
GOBG-Informations Newsletters
 - 
Le comité
 - 
Les statuts
 - 
Les partenaires
 - 
Adhésion
 - 
Contact
Les sorties
 - 
Inscription aux sorties
 - 
L'agenda du GOBG
 - 
Les comptes-rendus
 - 
Géolocalisation des comptes-rendus
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Toutes les photos
 - 
Code de conduite
  Aide
    - 
les FAQs
Les bons coins
 - 
Champagne
 - 
Les Teppes de Verbois
 - 
Marais de Sionnet
 - 
Mategnin
 - 
Moulin-de-Vert
 - 
Pointe-à-la-Bise
 - 
Rade de Genève et Petit Lac
 - 
Le Rhône genevois
 - 
Rouelbeau
 - 
Vallon de la Laire
 - 
Baie d’Excenevex
 - 
Bas-Monts de Vesancy
 - 
Crozet
 - 
Fort l’Ecluse
 - 
Haut-Jura gessien
 - 
L’Etournel
 - 
Lac de Divonne
 - 
Marais de la Versoix
 - 
Mont Mourex
 - 
Mies et Versoix
 - 
Prangins
Info GOBG
  Numéro actuel
    - 
Son et photo mystères n°23
  Archives
    - 
Numéros 1 à 23 en pdf
Les projets
 - 
Moineau friquet
 - 
Sterne pierregarin
 - 
Hirondelle de fenêtre
 - 
Hirondelle rustique
 - 
Hirondelle de rivage
 - 
Alouette lulu
 - 
Chevêche d'Athéna
 - 
Choucas des tours
 - 
Corbeau freux
 - 
Effraie des clochers
 - 
Faucon crécerelle
 - 
Huppe fasciée
  Rougequeue à front blanc
    - 
Présentation de l'espèce
    - 
Statut (Europe, Suisse, Genève)
    - 
Rapports annuels
     Etude bioacoustique du chant
       - 
Présentation du chant
        Particularités régionales
          - 
Numéro 23
    - 
Imitations du RQ à front blanc
 - 
Perdrix grise
 - 
Pic mar
 - 
Torcol fourmilier
Les ressources
 - 
Liste des oiseaux du bassin genevois
Moulin-de-Vert

Moulin-de-Vert

Cartigny – 490 / 115, 350m - Carte n° 1300 Chancy

 

La région de Verbois, des Teppes, du Moulin-de-Vert et de l’Allondon est une des plus riches du canton à tous les niveaux naturalistes (flore, oiseaux, reptiles, amphibiens, mammifères et insectes !). Le Vallon de l’Allondon rejoint le Rhône bordé par les Teppes de Biolay et du Véré sur la rive droite et par la Réserve Naturelle du Moulin-de-Vert sur la rive gauche. Rajoutez à cela le périmètre protégé des rives du Rhône, qui va de la ville de Genève à la frontière, en plus de quelques réserves forestières dans les bois de Chancy, et vous obtiendrez la plus vaste zone protégée du canton ! Le barrage de Verbois, tout proche, rajoute un cachet supplémentaire à la région avec ses Sternes pierregarins nicheuses ou ses groupes d’anatidés hivernants. C’est la zone « méditerranéenne » par excellence : très nombreuses espèces d’orchidées et d’insectes, reptiles, oiseaux typiques des zones sèches, etc…

 

Moulin-de-Vert
Le Moulin-de-Vert vu depuis Cartigny, juillet 2006 - C. Schönbächler

 

Le Moulin-de-Vert est une zone alluviale d’importance nationale qui fait partie de l’Inventaire fédéral du paysage. C’est aussi une zone d’importance nationale pour les batraciens en plus d’être une zone Ramsar et un site OROEM. Bref, un bien bel endroit. Cette région présente la particularité d’être le vestige d’un ancien méandre du Rhône dont le cours a été rectifié en 1940. Cette zone alluviale, classée réserve naturelle en 1970, couvre 28 hectares et a permis le développement d’une flore et d’une faune diversifiées et typiques grâce à un microclimat très particulier (dû à un cirque délimité par les falaises et à une importante zone marécageux).

Outre les nombreuses espèces d’orchidées, la Cistude d’Europe (tortue d’eau indigène), trois espèces de lézards, cinq de serpents, des batraciens, des libellules menacées et de nombreux mammifères (Renard, Blaireau, Sanglier, etc…), le Moulin-de-Vert abrite un nombre important d’oiseaux nicheurs. Sur le seul carré kilométrique comprenant la réserve, 72 espèces ont été recensées entre 1977 et 1982 ! En 2000, il en restait pas loin de 65. Parmi celles-ci, on compte le Blongios nain, le Râle d’eau, le Martin-pêcheur, la Rousserolle effarvatte, le Rossignol, le Tarier pâtre, l’Hypolaïs polyglotte, la Fauvette grisette, le Pouillot siffleur, le Loriot, la Linotte, le Bruant jaune, la Chouette hulotte et le Hibou moyen-duc. Le Faucon crécerelle niche dans la cavité creusée pour lui dans la falaise de Cartigny tandis que le Hobereau niche dans les bois alentour. En été, ce petit faucon est souvent observé chassant les hirondelles ou les libellules au-dessus des étangs.

D’octobre à mars, les étangs constituent un abri calme pour plusieurs espèces d’anatidés faisant la navette entre le Rhône proche, Verbois, les Teppes et la réserve du Moulin-de-Vert : Canards souchet, pilet, siffleur et chipeau, Sarcelles d’hiver et d’été et Nette rousse sont observés chaque année en faible nombre. Le Butor est un hivernant régulier, mais très discret. Le meilleur endroit pour l’observer est l’étang le plus à l’ouest sous la grande falaise. Vous entendrez peut-être le Grand Corbeau, dont un couple s’est récemment installé dans les falaises surplombant le Rhône un peu en aval de la réserve.

En période de migration, la réserve accueille parfois quelques limicoles qui se nourrissent sur les îles des étangs : Petit Gravelot, bécasseaux, Chevaliers guignette, culblanc, aboyeur, arlequin, sylvain et gambette, Combattant varié, Bécassine des marais, Courlis cendré. Côté passereaux, la Rémiz est régulière. Chez les hérons, le Pourpré est vu chaque année, tandis que le Bihoreau et l’Aigrette garzette sont bien plus rares. Le Blongios est régulier (encore nicheur ?).

Un observatoire a été construit au bord de l’étang Hainard et il offre une bonne opportunité d’observer la vie de cet étang récemment créé. Le plateau central est le royaume des orchidées et des insectes. Il surplombe aussi les étangs et permet de mieux les observer. Ne quittez jamais les sentiers et soyez attentif au moindre signe de vie, la réserve du Moulin-de-Vert saura vous émerveiller !

 

Accès

En bus : prendre le « 19 » à la Place des 22 Cantons à côté de la Gare Cornavin jusqu’à l’arrêt « Croisée de Confignon » puis prendre le « K » et descendre à l’arrêt « Moulin-de-Vert » à Cartigny (3). Prendre ensuite le chemin des Roches qui descend directement à la réserve. Vous pouvez aussi prendre le bus « S » depuis la Croisée de Confignon et descendre à l’arrêt « Pont de Peney » à Aire-la-Ville ( (5) sur la carte «Verbois», voir ce site) et, de là, suivre le Rhône jusqu’au barrage de Verbois, puis descendre sur la rive gauche jusqu’à la réserve. Attention aux horaires, les bus de campagne ne circulent pas fréquemment.

En voiture, depuis Verbois, prendre la route qui descend très fortement en aval du barrage sur la rive gauche et laisser le véhicule au parking. Longer ensuite le Rhône jusqu’a la réserve.

Essayez de visiter la réserve en semaine ou très tôt le matin (ou le soir), car le week-end attire de nombreux promeneurs.

 

Jeune Faucon hobereau
Jeune Faucon hobereau, septembre 2008 - C. Ruchet

 

 

Modifié d’après Les Bons Coins de Suisse Romande (c) Groupe des Jeunes de Nos Oiseaux 2005. Texte original par Cyril Schönbächler avec la collaboration de Martina Stierlin, Simon Lézat et Bernard Lugrin.

Dernires Observations :

-
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019